AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

//
 

Partagez | 
 

 Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 146
Age : 24
Date d'inscription : 21/12/2015
Feat : Yato | Noragami
Age en RP : 22 ans - 01/06/2098

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Golden Pillars
Points habilité : 2434
avatar
Bras-droit
Jun Tetsuya
MessageSujet: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Ven 29 Jan - 9:08

Une visite improvisée
Gyokuen Ren


Pour cette nuit, Jun avait décidé de jouer le gardien du quartier général pour laisser les autres se reposer. Peut-être qu'il allait regretter cet élan de gentillesse, mais au moins, ça lui ferait comprendre que la prochaine fois, il réfléchira plus longtemps avant de prendre une telle décision. L'ennui venant rapidement à lui, il finit par sortir afin de prendre l'air. C'était ce qui était prévu au départ, mais il ne s'attendait pas à ce que ce soit une pleine lune pour cette nuit et comme toutes les pleines lunes, elle éclairait presque tout, notamment le désert de Psamath qui n'était qu'au pied de leur montagne. Le Tetsuya profita de cette vue en s'asseyant et en buvant une boisson qu'il avait prise auparavant. Puis, une étrange sensation de nostalgie l'envahit et il se mit à tourner vers Aurhos. Non seulement il constata qu'une rumeur était fausse, celle qui disait qu'on pouvait voir cette capitale du haut de la montagne lorsque le temps était dégagé, mais en plus, quelques mauvais souvenirs refirent surface. Et si on en parlait ?

Nous revoilà en 2109, Quintus avait fini de brûler et Aurhos fut nommée nouvelle capitale de l'Archipel depuis peu. Cette ville ne fut pas nommée par pur hasard, tout était le plan de Gyokuen et peu le savaient. Ceci n'empêchait pas le fait que les constructeurs et architectes firent une fête à l'intérieur du nouveau château pour se féliciter de leur travail. Quant aux nombreux esclaves, qui avaient participé à ce projet, ils ne faisaient que les servir en attendant le retour de leur vraie maîtresse. Cependant, l'un d'entre eux préféra rester loin de tout ça et c'était Jun. A ce moment-là, il avait onze années et était très introverti. Le contact avec les autres ? Ce n'était pas possible ! Les non-esclaves n'étaient que des crétins qui remplissaient leur ventre en buvant comme des porcs et ses « compagnons » le voyaient d'un mauvais œil.

Pendant un long moment, le jeune garçon regarda toutes les occupations des fêtards d'un air désespéré. Pourquoi quelqu'un venait de tomber pour rien ? C'est pourtant facile de tenir sur ses deux jambes, sauf quand on buvait comme un trou. Pourquoi t'as jeté ton verre à la figure de cette petite fille ? Elle ne t'a rien fait, mais c'est une esclave, c'est vrai. Pourquoi la musique qui passe en ce moment est merdique ? Parce que personne n'a de goût. Mais cette « bonne humeur » fut interrompu par l'arrivée d'un homme. Ce dernier avait pénétré dans le château comme si c'était chez lui et demanda à voir le chef des travaux pour une raison importante. Tout le monde l'avait pointé du doigt et attendit la suite. L'informateur chuchota quelque chose aux oreilles du chef complètement saoul, qui lâcha son verre une fois que son cerveau eût tout compris. L'homme partit comme si de rien n'était après avoir eu son argent, mais le bourré semblait être choqué et effrayé par cette révélation.

« Bon, les gars... On est dans la merde ! Il semblerait que la Reine revienne demain matin et on doit remettre tout en ordre... On a bu comme ce n'est pas permis ! »

Jun resta bloqué assez longtemps sur le : « on doit tout remettre en ordre ». Depuis quand comptaient-ils faire ça ? Ce n'était pas possible au vu de leur état. Les personnes non-esclaves se mirent à rire de la bêtise de leur chef et certains furent malades à cause de ça.

« Ah, ah, ah... Très marrant, vraiment. » Murmura le petit garçon d'un ton agacé. « Barrez-vous putain, ça nous fera moins de boulot. »

Heureusement que personne ne faisait attention à lui depuis le début de cette pseudo-fête. Néanmoins, quelque chose parvint à surprendre le futur Ametyst : ces gros lards pouvaient être effrayés et paniqués même en étant saoul.

« Attendez, pas de panique les gars, j'ai une idée de génie ! On laisse tout aux esclaves et nous, on se barre le plus tôt possible ! »

Tandis que ceux qui faisaient la fête depuis un long moment applaudissaient comme des crétins cette pseudo-idée de génie, le Tetsuya fut encore plus blasé et se demandait s'ils allaient vraiment réussir à bouger leur gros cul de là tôt le matin. La fête toucha enfin à sa fin, au plus grand bonheur du garçonnet. Avant de se mettre au boulot comme ses « camarades », il en profita pour regarder l'heure : deux heures du matin... Ils n'allaient pas dormir. Les esclaves passèrent leur début de matinée à nettoyer tout ce qu'il y avait à nettoyer, c'était loin d'être la joie puisque certains firent de jolies trouvailles de couleur marron. Ensuite, ils durent ranger le matériel, jeter toutes les boissons et les verres. Le plus compliqué dans tout ça était sûrement d'enlever l'odeur de l'alcool. Pour la salle de fête, ça s'avérait facile, le ménage avait beaucoup aidé, mais pour les fêtards... Il fallait prier pour eux pour qu'ils ne croisent pas la Reine, bien que Jun s'en fichait et allait prier pour qu'ils la croise, justement. A sept heures du matin, tout le monde fut levé et ceux, qui ne faisaient pas partie du château, partirent malgré leur gueule de bois.

A partir de ce moment-là, de nouvelles tâches furent données par l'esclave qui pouvait servir de meneur, parfois. Un groupe devait faire des derniers ajustement pour rendre toutes les salles présentables, un autre devait se charger de la cuisine pour accueillir comme il se devait la maîtresse des lieux et le dernier allait préparer une chanson de bienvenue... Apparemment, ça allait plaire à Gyokuen. Jun ne fut nommé dans aucun de ces groupes, mais sa tâche allait lui être donnée :

« Toi ! » Hurla le meneur du moment en ayant pointé ce jeune de son doigt, qui avait sursauté tant il ne s'était pas attendu à cet hurlement. « Tu t'occuperas de la visite ! Tu n'as pas intérêt à t'endormir avant, pendant et après la visite, tu m'entends ?!
- De toute façon, elle verra que je suis fatigué et me punira... » Pensa-t-il.

Sans répondre à celui qui avait donné les tâches, il sortit du château et se posta à l'entrée comme le ferait un gardien. Mais en attendant que la Reine arrive, il devait lutter contre le sommeil... S'il s'endormait tout de suite, la punition serait pire que ce qu'il pouvait imaginer. Il ne lui restait plus qu'à croiser les doigts pour que Gyokuen arrive avant qu'il abandonne sans le vouloir.
electric bird.



Hors RP:
 

Gain d'xp : 11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 45
Age : 26
Date d'inscription : 24/12/2015
Feat : Eileen Belserion/FT
Age en RP : 35 ans
Localisation : Là où sa folie l'emmène

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Imagination Control Everything : Un don très rare permettant à l'utilisateur de manipuler son imagination pour la rendre réelle. Très dur d'utilisation, ce don comporte, dans le cas d'Izalith, trois niveaux. Niveaux qui correspondent à son degré de lucidité. Plus le niveau est haut, plus Izalith est lucide et donc plus elle imagine des choses puissantes.
Points habilité : 3054
avatar
Leader
Izalith M. Akai
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Dim 31 Jan - 10:12





Retour vers le passé.




Le soleil inondait de sa douce chaleur la grande capitale de Geryos. Les habitants en profitaient pour sortir étendre leurs linges et s’amuser autant que possible avant que cet instant de joie fugace ne disparaisse pour laisser place à la longue nuit quotidienne qui était témoin d’actes barbares et macabres provenant du groupe terroriste : Scarlet. Malgré toute la technologie et la défense dont la cité était dotée, les troubles survenaient encore et toujours en causant encore plus de dommages qu’auparavant. Pourtant, cela n’entachait pas les rares moments de plaisir comme ce jour, où le soleil rayonnait.

Dans ses quartiers privés, la reine Gyokuen contemplait le soleil magnifique tout en étant absorbée par ses pensées. Comment un astre pouvait être aussi malsain pour sa personne ? Et pourquoi son peuple semblait l’aimer à ce point ? C’était à n’y rien comprendre, puisqu’elle préférait largement l’astre lunaire qui était, selon elle, bien plus beau et noble que le soleil. La sorcière soupirait un petit moment avant de tourner les talons pour se rendre à son cabinet où l’attendaient divers conseillers, pour la plupart incompétents, afin d’analyser la situation de son pays.

En chemin, alors qu’elle traversait les immenses couloirs constitués de marbre, d’or et d’autres choses à la valeur outrancière, l’impératrice s’arrêtait un moment pour contempler un portrait dédié à sa grandeur et à sa beauté. Un sourire illuminait le visage de Gyokuen qui se remémorait ce jour où elle avait vu le tableau pour la toute première fois.

Durant le courant de l’année 2109, l’impitoyable reine avait ordonné la construction d’un somptueux palais dans la toute nouvelle capitale afin d’y asseoir sa domination. La construction avançait bien et la reine avait émit le souhait de le visiter avant l’inauguration officielle du bâtiment. C’est dans ces circonstances que la sorcière ténébreuse traversait le pays, en diligence, pour prendre possession des lieux. Bien entendu, la nouvelle avait fait le tour du pays et Gyokuen ne se sentait pas idiote lorsqu’elle vit son somptueux palais vidé de tous les ouvriers. Seuls les esclaves étaient restés pour nettoyer les dernières saletés.

La brune descendait de son moyen de transport avec légèreté et grâce, puis aussi silencieuse qu’une ombre, la reine cruelle grimpait les marches blanches du palais avant d’afficher un immense sourire en voyant qui l’attendait en haut des escaliers.


- Jun-kun !!!! Tu es là toi aussi ? Cela me fait extrêmement plaisir de te voir autant en forme.

La sorcière lâchait un petit rire moqueur. Elle voyait bien que son esclave favori avait simplement envie de dormir et qu’il n’était pas du tout en forme. En revanche, pour un larbin, il semblait vraiment en pleine forme. Avec amour, Gyokuen venait l’enlacer comme le ferait une mère avec son enfant.

- C’est un palais sublime que vous m’avez construit. Et l’idée que cela soit toi, avec tes jolis yeux, qui me le fasse visiter me remplis de joie.

Elle le câlinait avec une sincérité hors du commun. Puis, doucement, elle s’approchait de son oreille pour venir la lécher discrètement en murmurant.

- J’ai hâte de voir les pièces du palais Jun-kun. Surtout la chambre. On pourrait la tester ensemble, tu ne crois pas ?

Elle se reculait, toujours souriante et venait l’embrasser, comme à son habitude, pendant quelques secondes avant de décoller ses lèvres des siennes.

- Aller. Ne perdons pas de temps, montre moi le palais.

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

Gain d'xp: 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146
Age : 24
Date d'inscription : 21/12/2015
Feat : Yato | Noragami
Age en RP : 22 ans - 01/06/2098

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Golden Pillars
Points habilité : 2434
avatar
Bras-droit
Jun Tetsuya
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Ven 5 Fév - 15:58

Une visite improvisée
Gyokuen Ren


Une nouvelle tâche fut attribuée à Jun : il devait rester à l'entrée du château en attendant l'arrivée de Gyokuen. En soi, ce n'était pas difficile, mais quand la fatigue s'en mêle, ça le devenait. Le garçon devait lutter contre ceci pour ne pas s'endormir devant la Reine ; autrement, il serait puni. Dans tous les cas, il le serait forcément, sa fatigue pouvait se voir à des kilomètres ! Saleté d'architecte et de constructeurs qui se prenaient pour les trous du cul du monde en l'absence de la Reine ! Le Tetsuya aurait pu faire comme tous les enfants de son âge et tout balancer une fois que la dame se trouverait devant lui, mais il valait mieux éviter, avoir des ennuis n'était pas ce qu'il voulait.

Son combat contre la fatigue toucha à sa fin, Gyokuen se trouvait devant lui et semblait heureuse de le voir... Ce sentiment était loin d'être le même pour l'esclave, mais il fallait passer outre tout comme le reproche qu'elle venait de lui faire. Doucement, il fut collé contre le corps de la femme et fit un sourire, le moins faux possible.

« Ravi que ça vous fasse plaisir, ma Reine ! J'espère que l'intérieur vous plaira plus que l'extérieur. Tout le monde a fait de son mieux pour que vous soyez, à nouveau, comme chez vous. »

Voilà qu'il se surprit à trop parler, il allait sûrement l'énerver. En temps normal, son manque de confiance en soi lui aurait fait dire qu'il était désolé d'en avoir trop dit, mais c'était justement ça qui allait plus énerver la Ren. Pour l'instant, elle semblait de bonne humeur, pour preuve : elle s'approcha de son oreille et la lécha délicatement, affirmant qu'elle avait hâte de voir les pièces de son palais, surtout les chambres. Heureusement que Jun était naïf à cette époque et qu'il ne comprenait pas le sous-entendu. Cependant, il sentait le danger, se mit à frissonner et avala sa propre salive, comme si un monstre se trouvait derrière lui et était prêt à hurler pour montrer qu'il était là. Pendant de courtes secondes, ils s'embrassèrent et passèrent à la suite, comme si le tout était normal.

Avant de commencer la visite, le jeune garçon réfléchissait à un moyen pour éviter plusieurs salles : la cuisine puisque les autres essayaient de préparer de bonnes choses pour le retour de la Reine, la salle des fêtes parce qu'elle sentait sûrement l'alcool encore et la chambre parce qu'il avait un mauvais pressentiment. Finalement, il ne pouvait pas perdre de temps à la réflexion, la femme se douterait de quelque chose et ce serait très mauvais pour lui. S'inclinant poliment, il marcha tranquillement et ouvrit la porte d'entrée pour pénétrer dans la salle principale. Cette pièce était grande, pas vraiment meublée, mais les décorations étaient bien faites. Il n'y avait pas à dire, le Tetsuya aimait beaucoup regarder les tableaux qui représentaient les dragons de la mythologie. Tout en expliquant des détails pas très intéressants sur cette salle, il remarqua qu'il en manquait un et gaffeur comme il était, il l'avait dit à haute voix. Le manquant était évidemment Illunar, certains savaient que Gyokuen avait beaucoup de mal avec lui et Jun l'ignorait.

Au cours de la visite, il avait fait passer la Reine plusieurs fois devant une même porte sans jamais l'ouvrir. Sachant ce qu'il y avait derrière, ce serait une mauvaise idée de lui montrer. Pourtant, la visite avait été bien entamée, il avait dit que toutes les chambres étaient au premier étage, ce qui prenait en compte celles de Hakuei, de Kouen, des invités et de Gyokuen. Les salles de bains avaient été montrées aussi et pour ces pièces, les invités devaient s'en partager trois tandis que la famille royale en avait une rien que pour eux. Leur baignoire pouvait être comparée à une piscine jacuzzi et source d'eau chaude, le gamin n'avait pas pu s'empêcher de les envier à ce moment. Mais pour oublier ça, il alla au jardin pour voir le travail des personnes qui s'en étaient occupés. Il avait entendu dire par ses « camarades » que c'était vraiment beau à voir, mais il n'avait jamais eu le temps d'y jeter un œil. Et ceci fut confirmé dès qu'il s'y trouva dedans en compagnie de Gyokuen. Faisant de son mieux pour cacher son émerveillement, il annonça :

« Il paraît qu'au fond, il y a des fleurs noires qui éclosent rarement. C'est bizarre des fleurs noires, mais je pense qu'elles peuvent avoir leur charme aussi ! »

Quelques secondes plus tard, il retourna à la première salle du palais et s'inclina une nouvelle fois. La visite était terminée, Jun espéra qu'elle ne fût pas très longue, ni ennuyante. Néanmoins, à l’intérieur de lui, il se doutait bien que l'Invidia avait remarqué qu'il avait esquivé plusieurs pièces pour x raisons, donc il tenta de s'expliquer :

« Pour la cuisine... Vos cuisiniers sont occupés à vous préparer de bons plats pour fêter votre retour et l'ouverture de votre nouveau palais. Pour les sous-sols, ils sont quasiment comme ceux de Quintus donc vous ne méritez pas de vous salir là-dedans. »

Il ne manquait plus que sa chambre et la salle des fêtes, mais Jun ne voulait pas y aller. Limite, il préférait souffrir que d'y aller et voir ses mauvais pressentiments se confirmer. Or, tout ceci lui faisait peur, ça se voyait à son expression faciale et ses tremblements qu'il ne pouvait pas cacher, ni arrêter. Il avait beau se dire que c'était la fatigue qui le faisait passer par tous les états possibles pour tenter de se rassurer, mais ça ne changeait rien.

« Je... J'espère que vous n'êtes pas déçue, ma Reine. »
electric bird.



Hors RP:
 

Gain d'xp : 10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 45
Age : 26
Date d'inscription : 24/12/2015
Feat : Eileen Belserion/FT
Age en RP : 35 ans
Localisation : Là où sa folie l'emmène

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Imagination Control Everything : Un don très rare permettant à l'utilisateur de manipuler son imagination pour la rendre réelle. Très dur d'utilisation, ce don comporte, dans le cas d'Izalith, trois niveaux. Niveaux qui correspondent à son degré de lucidité. Plus le niveau est haut, plus Izalith est lucide et donc plus elle imagine des choses puissantes.
Points habilité : 3054
avatar
Leader
Izalith M. Akai
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Ven 12 Fév - 18:04





Désagréable visite




La reine maléfique contemplait le jeune garçon avec un regard tendre et langoureux. Dommage qu’il était encore naïf pour comprendre ce dont l’impératrice ténébreuse attendait réellement de lui, mais ce n’était pas grave. Tout ce qui préoccupait Gyokuen pour le moment était de voir si les travaux menés dans son palais avaient été réalisés avec le plus grand des soins. Souriante, la sorcière emboîtait le pas de son esclave préféré afin que ce dernier lui fasse découvrir les lieux. Dès la première pièce, Gyokuen fut obligée d’admettre que les décorations déjà présentes étaient d’une beauté à couper le souffle. Dans son esprit, elle se promettait de récompenser gracieusement les différents architectes qu’elle avait sélectionnés pour mener à bien ce travail colossal.

L’impitoyable reine était satisfaite du travail réalisé, mais perdait légèrement sa bonne humeur lorsque Jun lui fit remarquer que le portrait d’Illunar n’était pas présent. Essayant de garder son calme légendaire, Gyokuen se forçait de sourire en lui expliquant que ce n’était pas grave si le dieu de la lumière ne se trouvait pas parmi ses compères. En temps normal, elle l’aurait fait fouetter jusqu’au sang, mais sa bonne humeur était parfaitement encrée dans sa chaire pour que la violence ne puisse pas y avoir de place.

La visite continuait tranquillement et Gyokuen se surprenait elle-même de se mettre à genoux aux côtés de son esclave pour lui parler un peu des fleurs. Cependant, elle prenait un ton très froid afin de lui montrer qu’elle n’aimait pas vraiment que l’on parle mal de certaines fleurs.


- Les fleurs que tu trouves bizarres sont des Gyokuen. Le simple fait que tu trouves cela étrange me dérange Jun-kun. Après tout, elles sont les fleurs que j’aime le plus au monde. Ma défunte mère m’a fait cadeau du nom de ces fleurs, alors ne les insultent pas. Est-ce que je me suis bien fait comprendre mon garçon ?

L’impératrice plongeait son regard glacial dans les yeux de Jun pendant quelques instants et, jugeant qu’il avait compris la leçon, se redressait pour conclure la visite du palais. Seulement, la reine eue un petit sourire et savait parfaitement que l’esclave lui cachait quelque chose. Le laissant terminé, Gyokuen s’avançait tranquillement vers l’immense porte qui délimitait l’entrée de la salle des fêtes. Lentement, elle posait ses mains délicates sur les lourdes poignés et prit la parole.

- Tu sais Jun-kun, il y a certaines choses que je n’aime pas. Par exemple, je n’aime pas les menteurs. Je n’aime pas aussi les gens qui ne m’obéissent pas, comme tu viens de le faire. Je t’ai demandé de me montrer toutes les pièces du palais non ? Alors pourquoi donc tu refuses de me la faire découvrir ?

Sa voix était calme et elle ouvrait doucement les portes que l’esclave voulait garder closes pour une raison qu’elle devinait parfaitement.

- Mais tu as de la chance Jun-kun. Il y a quelque chose que je déteste encore plus. Que l’on se moque de moi et que l’on me manque de respect.

Ses yeux chaleureux du début de visite venaient de disparaitre pour laisser place à un regard cruel et impitoyable. Elle vit l’étendue des dégâts dans la salle des fêtes et l’odeur d’alcool ainsi que de vomis lui faisait tourner la tête. D’un claquement de doigts, un garde s’approchait de sa personne et la reine lui murmurait à l’oreille qu’elle désirait voir l’ensemble des architectes dans la salle du trône. Le garde s’en allait et la sorcière le rappelait à l’ordre.

- Amène-moi aussi un chaudron et l’or que j’ai promis aux architectes. Je veux tout cela dans la salle du trône d’ici une heure. Je n’ai qu’une parole et je vais donner de l’or à ces bâtisseurs comme convenu. Jun-kun, tu viens avec moi n’est-ce pas ? Ne crois pas que je vais te pardonner pour m’avoir mené en bateau. Tu vas être aux premières loges pour cette somptueuse cérémonie et tu pourrais même en être l’acteur principal.

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

Gain d'xp: 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146
Age : 24
Date d'inscription : 21/12/2015
Feat : Yato | Noragami
Age en RP : 22 ans - 01/06/2098

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Golden Pillars
Points habilité : 2434
avatar
Bras-droit
Jun Tetsuya
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Jeu 18 Fév - 13:29

Une visite improvisée
Gyokuen Ren


Tout au long de la visite, Jun enchaînait les gaffes. La première arriva rapidement, lorsqu'il vit les tableaux représentants tous les dieux de cette île... Enfin, presque tous, il manquait Illunar et il l'avait fait remarquer à la Reine, grossière erreur de sa part. Cependant, il ne le comprit une fois que les explications furent dites. La deuxième gaffe était d'esquiver la salle des fêtes. Le Tetsuya n'oubliera jamais cette soirée ennuyante qu'il avait passée dans un coin de la pièce à éviter de son mieux les hommes saouls qui puaient et tombaient malades les uns après les autres. Mais pour les protéger d'une sanction certaine, il faisait de son mieux pour que la dame passe à côté de la salle... Même si ça ne marcherait pas, elle se douterait qu'il aurait quelque chose à cacher et finirait par y aller seulement pour savoir de quoi il s'agissait. Dans ce cas, c'était lui qui allait prendre pour tout le monde, mais qu'il en soit ainsi, il était déjà prêt à ça dans sa tête.

La troisième se déroula dans le jardin du palais. Une visite ne pouvait pas être faite sans quelques commentaires pour que la Ren soit la mieux renseignée sur son nouveau palais. Pour mener à bien « cette mission », Jun se servait des phrases qu'il avait pu entendre par un simple hasard et la conversation entre les jardiniers allait lui être utile ! Ces derniers avaient dit qu'il fallait absolument les fleurs rares d'une couleur peu commune : le noir. Le Tetsuya était toujours surpris par des fleurs possédant cette couleur et le dit à la Reine... En utilisant le terme bizarre, une nouvelle erreur de sa part. Evidemment, ceci eut le don de mettre en colère Gyokuen, qui lui annonça qu'il ne devait pas les insulter parce qu'elles avaient une grande importance pour elle. Pinçant ses lèvres et baissant son regard pour ne plus croiser celui de la dame, le jeune garçon reprit la visite pour la conclure.

A la fin de celle-ci, il put voir que la chef des Atearnum se dirigeait vers la salle des fêtes. Jun courut à sa suite et tendit sa main dans l'espoir de l'attraper par un bout de sa robe pour l'en empêcher, mais qui était-il pour faire ça ? Ce n'était pas sa fille ! Avant de l'attraper comme il l'avait souhaité, il baissa rapidement son bras... Il ne pouvait pas faire ça, ni lui dire qu'elle ne pouvait pas entrer dans cette salle pour le moment. Certes, les esclaves l'avaient arranger comme ils avaient pu, mais deux fortes odeurs ne pouvaient pas partir en un claquement de doigts et c'était elles qui allaient attirer des ennuis à beaucoup de personnes. Comme Jun l'avait prévu, elles n'étaient pas parties malgré tout leur boulot et avaient énervé Gyokuen au plus haut point. Directement, elle ordonna à un garde des choses que le Tetsuya ne put entendre et il devait amener un chaudron rempli d'or qu'elle avait promis aux architectes. Néanmoins, il ne fut pas oublié puisqu'il allait devenir l'acteur principal d'une pièce préparée par la Reine... Un mauvais pressentiment posséda le jeune garçon et la peur ne tarda pas pour s'ajouter à tout ceci.

« Je... Je suis désolé... » Dit-il d'une voix tremblante en baissant sa tête.

Tout ceci ne partait pas d'une mauvaise intention... Si seulement il avait eu la bonne place pour lui expliquer que s'il avait évité cette salle, c'était pour son bien. Il n'avait pas souhaité que la dame entre dans cette salle et sente cette puanteur... En plus, il aurait pu protéger les architectes qui avaient tant donné pour que le palais soit fait rapidement, sans être bâclé pour autant. Tout était de sa faute.

Pendant l'heure d'attente, Jun était resté aux côtés de Gyokuen, silencieux. Mais dans sa tête, il réfléchissait à ce qu'elle avait dans la tête et il craignait le pire... Venant d'elle, même le pire était un mot faible pour dire ce qu'elle était capable de faire. Une fois que l'heure fut écoulée, tout le monde était dans la salle du trône et attendait patiemment ce qu'elle avait à dire. Comme depuis un bon moment, le jeune garçon avait fermé ses yeux, baissé sa tête et serré ses poings pour que sa peur ne se voit pas.
electric bird.



Gain d'xp : 7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 45
Age : 26
Date d'inscription : 24/12/2015
Feat : Eileen Belserion/FT
Age en RP : 35 ans
Localisation : Là où sa folie l'emmène

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Imagination Control Everything : Un don très rare permettant à l'utilisateur de manipuler son imagination pour la rendre réelle. Très dur d'utilisation, ce don comporte, dans le cas d'Izalith, trois niveaux. Niveaux qui correspondent à son degré de lucidité. Plus le niveau est haut, plus Izalith est lucide et donc plus elle imagine des choses puissantes.
Points habilité : 3054
avatar
Leader
Izalith M. Akai
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Dim 6 Mar - 11:56





Une reine tiens toujours parole




La sorcière noire regardait le tout petit garçon en souriant tendrement. Elle lisait parfaitement la peur et la crainte en lui et, mine de rien, elle aimait beaucoup se sentir puissante sur son esprit fragile et facilement manipulable. Doucement, elle lui caressait le visage comme s'il s’agissait de son propre fils, afin de le rassurer quelque peu, et reprenait sa route vers ses quartiers privés afin de se préparer à accueillir les vaillants bâtisseurs de palais comme il se devait d’être fait. Ses servantes attitrées avaient la lourde tâche de rendre Gyokuen encore plus magnifique qu’elle ne l’était déjà et ce n’était pas une tâche aisée malgré toute l’expertise dont elles pouvaient faire preuve.

Ce n’est qu’une heure plus tard que Gyokuen pénétrait dans la salle du trône en souriant de ses dents parfaitement blanche. À son arrivé, le silence se fit lourd et pesant. Seule la reine noire semblait s’amuser dans cette ambiance morbide et malsaine. Posant son royal fessier sur un sublime trône rouge et confortable, l’une de ses nombreuses exigences, Gyokuen regardait l’assembler pendant un long moment en continuant de sourire. Elle captait chaque regard de tous les architectes présents sur les lieux. Elle sentait leurs peurs et rien ne la comblait plus que de la savoir.

Après un très long moment de silence, la reine acceptait enfin de se lever de son fauteuil pour prendre la parole avec une voix douce et chantante.


- Messieurs, je suis heureuse de vous rencontrer alors que vous venez d’accomplir cette noble tâche qui consistait à me bâtir un endroit où résider et gouverner. Je dois l’avouer, à mon grand plaisir, que votre travail est digne d’éloges et correspond parfaitement à mes attentes. Et en cela, messieurs, je tenais à vous remercier personnellement.

La reine s’inclinait délicatement, sans trop le faire non plus de par son sang royal et pur. La bonne humeur revenait au galop et les architectes retrouvèrent le sourire et la joie de vivre. Sachant pertinemment qu’ils étaient en la présence de la grande reine, ils mesuraient leurs joies alors que le chef de chantier remerciait Gyokuen avec les us et coutumes adéquates. L’impératrice en personne déniait lui relever la tête avec douceur, alors qu’il s’inclinait.

- Je n’ai qu’une parole messieurs. Je vous ai promis des richesses ainsi que le bonheur de vos femmes et de vos enfants pour toute votre vie. Je tiendrais parole.

Elle claquait des doigts et un immense coffre remplis d’or, transporté par quatre gardes musclés, arrivait dans la salle. Un cinquième garde amenait un chaudron vide et un sixième allumait un feu dans la salle du trône. Personne ne comprenait ce qu’il se passait et Gyokuen souriait sans faiblir. La construction de la salle la rendait parfaitement aérée, si bien que la fumé s’évacuait facilement et sans encombre.

Lentement, les gardes remplissaient le chaudron d’or devant la stupeur des concepteurs qui, sans comprendre, se faisaient immobiliser par la garde privée de l’impératrice.

- Cependant, malgré tout mon respect pour votre travail, je ne supporte pas que l’on me désobéisse où que l’on me salisse. Votre petite fête, dénoncé par ce charmant petit esclave ici présent, m’a légèrement irritée. Imaginez donc, moi, sentir l’odeur de l’alcool dans mon propre palais. L’odeur du vomi. L’odeur de la débauche, alors que vous n’êtes que de simples humains. Imaginez-vous ma colère ? De quel droit avez-vous osé faire cela dans mon propre palais ?

L’or fondu bouillonnait et les bulles éclataient en surface. D’un autre claquement de doigts, un architecte se mit amener au-dessus du chaudron de mort et, un entonnoir lui fut mit dans la bouche. Délicatement, un garde prit une louche et lui fit glisser de l’or dans le corps. L’homme hurlait de douleur alors que son corps brûlait de l’intérieur. Tous y passaient et, ne restant plus que le chef de chantier, Gyokuen regardait Jun avec un regard féroce.

- Tu te souviens de ta punition que je t’ai promise Jun ? Je passerais l’éponge sur ton mensonge si tu prends la vie de cet homme. Sauf si tu préfères prendre sa place. Mais dans ce cas, j’étendrai ma fureur sur les autres esclaves également. À toi de voir. Toi et les autres, ou bien ce cloporte immonde souillant ma vue.

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

Gain d'xp: 6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146
Age : 24
Date d'inscription : 21/12/2015
Feat : Yato | Noragami
Age en RP : 22 ans - 01/06/2098

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Golden Pillars
Points habilité : 2434
avatar
Bras-droit
Jun Tetsuya
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Jeu 10 Mar - 16:06

Une visite improvisée
Gyokuen Ren


L'heure passa vite, trop vite selon Jun. Pourtant, il en avait fait des choses, c'était peut-être pour ça que c'était passé vite. Sans perdre plus de temps, il fonça à la salle du trône, là où aurait lieu les « remerciements » des architectes pour leur travail. Le garçon était peut-être jeune, mais il y avait des choses sur lesquelles on ne pouvait pas lui mentir... Il savait que tout allait mal finir pour eux à cause de leur fête. Ils auraient dû la faire chez eux au lieu de la faire dans le palais, ils étaient vraiment bêtes. Il ne les portait pas dans son cœur, car pendant cette dure année de construction, ils s'étaient pris pour Gyokuen en son absence en montrant leur autorité à des esclaves qui ne leur appartenaient même pas !

Une fois arrivé dans la salle du trône, le jeune garçon se mit dans un coin plutôt discret pour éviter de croiser le regard de qui que ce soit. La Reine arriva peu de temps après lui, s'installa tranquillement sur son siège et commença à parler d'une voix douce. A partir de ce moment, le Tetsuya baissa la tête, ferma les yeux et serra ses poings, c'était une façon pour lui de penser à autre chose, il ne fallait pas que la peur prenne entièrement possession de lui. Lorsque la dame s'inclina pour remercier les architectes, une voix à l'intérieur de lui lui hurla de dire à tout le monde de fuir cette sorcière, car tout ceci n'était que mensonge et profit. Mais qui était-il pour dire ça ? Personne, évidemment. Il fut de plus en plus compliqué pour lui de respirer, mais doucement, il tenta de reprendre son calme. Inspirer, expirer, inspirer et souffler un bon coup. Son regard se releva pour faire plus attention à la salle, qui semblait heureuse de la réaction de Gyokuen... Enfin, de la fausse bonne réaction puisque le meilleur selon la Reine était à venir.

En effet, des gardes apportèrent un chaudron et de l'or. Du feu fut allumé sous le chaudron et la récompense passa sous le nez de tous les travailleurs. Petit à petit, l'or fut mis à l'intérieur du chaudron et devint liquide. Alors que certains travailleurs voulaient passer pour tenter de tout arrêter, les gardes passèrent à l'action pour les stopper. Ce fut à cet instant que la peur s'intensifia de plus en plus... Il savait que le pire aurait lieu maintenant. Il suffit d'un claquement de doigts pour qu'un garde prenne un ouvrier, le positionne au-dessus du chaudron, prenne un entonnoir pour tout verser à l'intérieur de son corps. Les yeux bleus de l'esclave s'écarquillèrent, ses mains tremblaient comme pas possible... Il voulut partir le plus loin possible, mais la peur l'en empêcha et il n'avait pas le droit. Gyokuen l'appela et lui expliqua que c'était à lui de se charger du dernier.

Lentement, il s'approcha du chaudron et prit la louche que lui tendit un garde. Soit il laissait la vie sauve à ce chef des travaux et il mourrait avec les autres esclaves, soit il le tuait et tout le monde serait sauf. Le problème était que Jun n'appréciait ni le chef des travaux, ni les autres esclaves. Cependant, il fallait penser comme un adulte... Peut-être qu'un adulte limiterait les pertes et s'empêcherait de mourir. Et si, dans tous les cas, cet architecte mourrait par la suite ? Le gamin ne se rendait pas compte, mais sa réflexion prenait trop de temps et le garde commença à le pousser pour le réveiller.

« Dépêche-toi d'obéir à la Reine sinon je te mets directement dans le chaudron pour ne pas lui faire perdre plus de temps que ça ! »

Jun tremblait énormément et avala sa salive... Quel était le meilleur choix ? En fait, il n'y avait pas de meilleur choix, c'était juste la peur qui le freinait dans tous ses mouvements. Si seulement il avait le droit de rendre la louche au garde pour qu'il le fasse à sa place. En se tournant vers la Ren pour savoir s'il n'y avait pas un moyen de s'échapper, il se retourna rapidement... Non, c'était impossible, elle perdait même sa patience, comme le disait le garde ! La louche fut à l'intérieur de cet or liquide et Jun la remonta sans rien faire de plus. L'architecte commençait à avoir peur pour sa vie et essaya de s'exprimer malgré l'entonnoir qui se trouvait dans sa bouche.

« Alors c'est ça ? C'est ce putain d'esclave qui va prendre ma vie ? Pourquoi tu n'abandonnes pas ? Ma vie vaut bien plus que la vie de n'importe quel esclave de la Reine ! »

Il continua de dire qu'il ne méritait pas un tel châtiment et que la Reine ferait mieux de se débarrasser de tous ses esclaves, ce ne serait pas compliqué pour elle de les remplacer selon lui. Plus il parlait et plus Jun était en colère. Lui lançant un regard noir, il lui dit :

« Et qui es-tu pour dire à la reine ce qu'elle doit faire ? Tu peux très bien finir esclave si je te laisse la vie sauve donc finalement, ta vie ne vaudra pas mieux que la mienne, tu ne penses pas ? »

L'homme essaya de se débattre pour gifler l'arrogant comme il le disait. Mais cette fois, c'était de trop et le Tetsuya fit couler l'or dans l'entonnoir, c'était fini maintenant. Ses jambes finirent par lâcher, il se retrouva allongé sur le sol et se mit à pleurer, car même si cet homme lui avait dit des saletés, il venait de faire quelque chose de très grave qui le poursuivrait longtemps.
electric bird.



Gain d'xp : 10 points
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 45
Age : 26
Date d'inscription : 24/12/2015
Feat : Eileen Belserion/FT
Age en RP : 35 ans
Localisation : Là où sa folie l'emmène

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Imagination Control Everything : Un don très rare permettant à l'utilisateur de manipuler son imagination pour la rendre réelle. Très dur d'utilisation, ce don comporte, dans le cas d'Izalith, trois niveaux. Niveaux qui correspondent à son degré de lucidité. Plus le niveau est haut, plus Izalith est lucide et donc plus elle imagine des choses puissantes.
Points habilité : 3054
avatar
Leader
Izalith M. Akai
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Jeu 17 Mar - 15:42





Sois mes yeux et mes oreilles




Royalement assise sur son trône, la sorcière regardait la scène qui se déroulait sous ses yeux avec une grande attention. Son sourire était large et les yeux sombres de l’impératrice analysaient chacun des mouvements qu’effectuait le petit garçon traumatisé par ce qu’elle lui demandait de faire. Seulement, à son goût, c’était bien trop long et sa patience se retrouvait malmener de toute part. Sa garde royale, si prompt à réagir comme à son habitude, stimulait le garçon qui, après un bref regard vers la reine démoniaque commençait enfin à agir. Comme quoi, ses chiens en armures savaient pertinemment quand il fallait agir. La peur de mourir si, par hasard, elle devait prendre la parole pour leur ordonner des futilités était réellement un puissant moteur de motivation.

Toujours souriante et radieuse, Gyokuen observait son mignon petit esclave commettre un l’impensable et envoyer une réplique cinglante au chef des bâtisseurs qui s’écroulait enfin, mort par intoxication. Devant le pitoyable spectacle qu’offrait Jun en pleurant, la grande dame levait son postérieur divin pour venir l’enlacer maternellement.


- Allons, allons Jun-kun. C’est terminé. Je suis fière de toi et de ton comportement. Tu as agi comme un homme et cela m’a rendu heureuse. Tu sais que j’aime être heureuse pas vrai Jun-kun. ?

Délicatement, elle lui léchait l’oreille et venait glisser une main vers l’entre-jambe du jeune garçon qu’elle touchait sans aucune gêne ou hontes. Pendant quelques instants, elle s’amusait avec ce qu’elle considérait être sa propriété, et se redressait avant de piétiner le cadavre encore chaud du chef des architectes.

- Tuez leurs familles dans leurs intégralités. L’engeance de ces chiens doit disparaitre de MA ville. Égorgez, torturez ou violez femmes et enfants. Cela met complètement égale. Personne ne se moque d’une reine sans connaitre ma fureur. Exécution.

L’impératrice regardait sa garde s’incliner et quitter l’imposante salle du trône avant de se tourner, une nouvelle fois, vers son esclave fétiche en lui tendant la main afin de le relever. La brune continuait de lui sourire comme le ferait une mère envers son enfant. Elle le remit sur ses deux pieds et ordonnait à deux servantes de lui offrir une tenue digne des princes. Ce soir, il aurait l’immense privilège de dîner avec l’impératrice en tête-à-tête.

Vingt heures sonnèrent lorsque la reine poussait les portes de la salle à manger. La table était dressée et sublimée par des couverts en argent et des verres fabriqués avec les cristaux les plus purs au monde. Gyokuen adressait un petit sourire à son esclave qui était bien habillé avant de s’installer au bout de la table. Elle invitait son jeune ami à prendre place à ses côtés et les domestiques ne perdaient pas de temps à servir les hors d’œuvres.


- Mange autant que tu le souhaites mon enfant. Ce soir, tu es mon invité et tu seras traité comme tel avec les honneurs dû à ce rang.

Elle l’invitait à manger tout ce qu’il lui plaisait en souriant. Sans doute avait-elle une horrible idée derrière la tête, mais personne ne se doutait de sa teneur. Après quelques instants, la sorcière s’essuyait la bouche avec un mouchoir en soie pour prendre la parole juste après.

- Dis-moi Jun-kun. J’ai une petite question à te poser. Tu passes beaucoup de temps avec les autres esclaves et ceux œuvrant pour le bien de mon royaume. Est-ce que tu as déjà eu l’occasion d’entendre des reproches sur ma manière de gouverner ?

Elle portait une coupe à ses lèvres afin de se délecter du divin nectar rouge alors que son regard sombre fixait le jeune garçon, attendant une réponse de sa part.

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

Gain d'xp: 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146
Age : 24
Date d'inscription : 21/12/2015
Feat : Yato | Noragami
Age en RP : 22 ans - 01/06/2098

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Golden Pillars
Points habilité : 2434
avatar
Bras-droit
Jun Tetsuya
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Mer 23 Mar - 15:31

Une visite improvisée
Gyokuen Ren


Le garde et Gyokuen avaient suffi à le convaincre de faire ce qu'il était obligé de faire. Au départ, Jun n'avait pas du tout envie de devenir un meurtrier, il était trop jeune pour ça et qui aimerait devenir un assassin à part quelqu'un de fou ? Non mais c'est vrai, c'est débile en fait. Il n'aimait pas l'architecte en question, mais ce n'était pas une raison pour en finir avec lui de cette manière. Cependant, sa vie et celle des autres esclaves étaient en jeu... Peut-être qu'il fallait le tuer pour sauver plus de vie ? Voilà qu'il commença à dire qu'il ne devait pas le faire, car sa vie avait plus de valeur que celle des esclaves de la reine... Pour qui se prenait-il ? Il était mal placé pour dire ce qui était le plus important et dans tous les cas, il allait finir dans un cercueil... A quoi ça lui sert de lutter ? Le garçon finit par mettre le contenu de sa louche dans la bouche de l'homme qui mourut dans d'atroces souffrances.

Ne supportant plus ceci, Jun tomba sur le sol et se mit à pleurer, c'était trop dur pour lui. Gyokuen s'approcha de lui pour venir l'enlacer et lui lécher son oreille. Elle le rassura à sa manière en disant qu'il avait bien fait, qu'il l'avait rendue heureuse et qu'il savait qu'elle aimait ça. Oui, comme tout le monde. Néanmoins, il ne s'attendait pas à ce qu'elle vienne mettre sa main dans sa partie sensible pour la toucher pendant quelques instants. De légères rougeurs apparurent sur les joues du Tetsuya, il était gêné qu'elle fasse ça devant tout le monde... Non, le geste en lui-même était gênant, qu'il y ait du public ou non ! Malheureusement, il ne pouvait pas dire quoi que ce soit et se pinça fortement les lèvres pour ne pas se mettre à gémir. Mais c'était plus fort que lui et un petit bruit réussit à passer entre ses lèvres.

L'esclave resta au sol lorsque la Ren annonça à ses gardes qu'ils devaient tuer leur famille de n'importe quelle façon, ils avaient carte blanche. Puis, elle retourna auprès de son esclave pour l'aider à se relever. Saisissant sa main pour être de nouveau sur pied, il fut énormément surpris d'apprendre qu'il allait être habillé comme un Prince et qu'il serait son invité pour un repas. C'était trop beau pour être vrai, il se frotta les yeux et se pinça pour savoir s'il ne rêvait pas... Et c'était bel et bien réel. S'il se sentait mieux que ça, il l'aurait remerciée et dit que ce n'était pas la peine, mais autant en profiter même si ça cachait quelque chose. Il faut toujours être sur ses gardes quand cette femme devient gentille.

Les deux servantes l'emmenèrent dans une autre salle où elles commencèrent à le préparer de façon à ce qu'il convienne à la demande de la Reine. Jun se laissa faire et écouta les explications des deux dames. Le dîner aurait lieu à vingt heures précises, aucun retard ne serait toléré selon elles. Pendant ce repas, il devra se tenir correctement et ne pas froisser Gyokuen... A ce moment, il soupira, sachant parfaitement ce qu'il devait faire ou non, il était habitué. Après ceci, il se dirigea rapidement vers la salle à manger pour ne pas être en retard.

Une fois à l'intérieur de la pièce, il fut surpris par tout ce qu'il y avait sur cette table et ne parlons pas de la valeur en zénis de certains objets. Le jeune garçon rendit le sourire à Gyokuen, bien que le sien fût plus timide et gêné... C'était vrai, il n'avait pas droit à autant de choses pour ce qu'il avait fait. Il en venait même à se demander si un autre esclave aurait eu la même chose s'il avait été à sa place ? Dur à dire, mais autant en profiter pour se changer les idées, car une fois de retour à sa prison, les autres allaient exprimer leur jalousie. La dame lui dit qu'il pouvait manger tout ce qu'il souhaitait, il était son invité et elle allait le traiter comme tel. Les fesses posées sur une chaise confortable, Jun joignit ses mains et s'inclina légèrement pour dire :

« Bon appétit, ma Reine. »

Prenant les couverts en main, il commença à se servir et à manger en prenant de grosses précautions... Ce serait dommage de s'en mettre partout ou de tacher la jolie nappe ou les vêtements qui ne lui appartenaient certainement pas ! En vérité, son appétit n'était pas au rendez-vous à cause de ce qui s'était passé, mais s'il y allait doucement, son ventre finirait par accepter la bonne nourriture ? A voir. Quelques minutes plus tard, la chef des Atearnum cessa de manger pour lui poser une question : « Est-ce que tu as déjà eu l'occasion d'entendre des reproches sur ma manière de gouverner ? »

« Non... »

Le Tetsuya baissa sa tête, non pas parce qu'il n'était pas sûr de sa réponse, mais il craignait la réaction de la personne qui mangeait avec lui. Elle pourrait croire qu'il lui cachait quelque chose ? Pourtant, ce n'était pas le cas. Il ne s'entendait pas avec les autres esclaves et comme ces derniers savaient qu'il était le favori, ils n'allaient rien lui confier par peur qu'ils disent tout à la Reine.

« En vérité, je ne suis pas proche des autres esclaves. On se dit rien et je ne cherche pas à m'entendre avec eux. On fait nos trucs de notre côté, sans faire attention au reste. Vos ordres sont tout ce qui importe pour nous. »

Le mieux était de jeter toute la faute sur lui pour qu'elle ne leur fasse rien... Pourvu que ça marche ! En attendant, Jun termina de manger et s'inclina une nouvelle fois poliment pour remercier la Reine d'avoir partagé son repas avec quelqu'un comme lui. Peut-être devait-il retourner dans « sa chambre » maintenant ? Ou peut-être qu'il devait donner un coup de main aux servantes pour débarrasser la table ? Pour le moment, il resta assis en attendant le prochain ordre de sa maîtresse.
electric bird.



Gain : 11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 45
Age : 26
Date d'inscription : 24/12/2015
Feat : Eileen Belserion/FT
Age en RP : 35 ans
Localisation : Là où sa folie l'emmène

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Imagination Control Everything : Un don très rare permettant à l'utilisateur de manipuler son imagination pour la rendre réelle. Très dur d'utilisation, ce don comporte, dans le cas d'Izalith, trois niveaux. Niveaux qui correspondent à son degré de lucidité. Plus le niveau est haut, plus Izalith est lucide et donc plus elle imagine des choses puissantes.
Points habilité : 3054
avatar
Leader
Izalith M. Akai
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Sam 2 Avr - 11:47





" Ne suis-je pas une mère pour toi ? "




La belle dame de descendance royale regardait son jeune esclave avec un regard tellement tendre, mais en même temps sombre, qu’il était impossible de savoir si elle avait une quelconque mauvaise intention derrière la tête. Sa coupe de vin portée à ses lèvres pulpeuse, Gyokuen avalait une gorgée avant de la reposer sur la lourde table remplie de victuailles encore intactes. C’était clairement du gaspillage surtout quand on savait que des gens crevaient de faim dans son royaume diabolique et impitoyable. La sorcière noire gardait les yeux clos alors qu’elle écoutait et analysait les différents propos de son petit favori.

Une fois qu’il eu terminé de parler, la reine eue un sourire alors qu’elle reposait son regard ténébreux sur sa frêle personne en prenant la parole d’une voix douce.


- Mon pauvre garçon. Tu es vraiment malheureux n’est-ce pas ? Personne ne t’aime ici. Je le vois sur ton visage et, même si tu ne le montres pas, tu sembles en souffrir. Non, n’essaye pas me convaincre du contraire. Tu ne sais rien des rumeurs à mon encontre alors que tu traines avec les pires raclures que je possède. Cela veut donc dire qu’ils ne te font pas confiance, du fait de ton statut privilégié.

Elle reprenait un morceau de gâteau à la crème. Alors qu’elle en prit une bouché, de la chantilly se déposait sur le coin inférieur droit de sa bouche, mais Gyokuen ne s’en rendait pas compte, continuant de savourer son gâteau comme si de rien n’était.

- Si je pousse mon raisonnement plus loin, le fait qu’ils ne te disent rien, signifie qu’ils se disent des choses entre eux sur ma façon de faire. Que c’est déplorable, tu ne trouves pas mon garçon ? Même sous silence, je suis capable de lire en toi comme dans un livre ouvert.

La grande reine regardait un garde vêtu d’or et celui-ci s’inclinait respectueusement. Il comprit dans les yeux de la reine qu’il avait l’autorisation de massacrer toute cette bande de travailleurs sans poser de question. Bien entendu, Gyokuen ne disait pas un mot sur cette affaire et continuait de déguster son délicieux dessert à la crème. Une fois le repas terminé, la belle dame s’essuyait gracieusement les doigts et fixait son petit esclave.

- Jun-kun. J’ai toujours été gentille avec toi n’est-ce pas ? N’ais-je pas été une véritable mère pour toi ? Je me suis occupée de toi comme de mon propre fils et, aujourd’hui, tu manges à ma table en ayant le statut d’invité de la reine. Pourrais-tu me rendre un petit service ? J’aimerais que tu sois mes yeux et mes oreilles. Rapporte-moi tout ce qu’il se passe dans la ville au sein de mon peuple, de mon armée ou même de mes esclaves. Tu peux faire ça pour moi ?

Elle le regardait avec un regard tendre et se levait de la table doucement. Ses servantes s’affairaient autour d’elle comme des abeilles devant du miel. Gyokuen tournait la tête vers Jun et lui fit signe de la suivre en souriant.

- Si je suis satisfaite de tes services Jun, je saurais me montrer plus généreuse que je ne le suis déjà avec toi mon garçon.

Ses yeux se posaient sur un miroir et virent qu’il lui restait de la crème dans le coin de la bouche. Avec un sourire, elle passait sa langue pour l’enlever tout en regardant son esclave favori.

- Tu vas le faire n’est-ce pas mon garçon ?

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

Gain d'xp: 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146
Age : 24
Date d'inscription : 21/12/2015
Feat : Yato | Noragami
Age en RP : 22 ans - 01/06/2098

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Golden Pillars
Points habilité : 2434
avatar
Bras-droit
Jun Tetsuya
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Dim 10 Avr - 15:54

Une visite improvisée
Gyokuen Ren


Gyokuen venait de lui demander s'il n'avait pas entendu des reproches sur sa façon de gouverner et sa réponse négative arriva rapidement. D'après ses souvenirs, il n'avait jamais entendu quelque chose comme ça et si jamais il était au courant de quelque chose, peut-être qu'il aurait cherché à le cacher ? Ou il aurait tout dit pour se protéger, comme ce qu'il avait fait pour les architectes. Sa tête fut baissée, non pas parce qu'il n'assumait pas ce qu'il venait de dire, il avait peur de la réaction de la Ren. Ce fut pour cette raison qu'il expliqua le genre de relations qu'il entretenait avec les autres esclaves. Ce discours devait sûrement ennuyer la dame, mais Jun se devait de le faire pour protéger ses compagnons et prendre tout sur lui, mais aussi pour qu'elle soit au courant de la vérité.

Cependant, il releva sa tête, étant surpris par ce que lui expliquait cette sorcière. Lui, souffrir de cette solitude ? Mais il avait toujours été seul alors ce n'était pas maintenant qu'il allait en souffrir ! Le garçon ouvrit légèrement sa bouche pour dire qu'elle se trompait, mais elle lui demanda de ne rien dire... C'est qu'il commençait à être prévisible ! Elle entra dans d'autres explications qui lui donnèrent un mauvais pressentiment. Il avait beau dire quoi que ce soit, ses paroles se retournaient contre les autres. Fronçant ses sourcils et serrant les poings, il ne suivait plus les conclusions que faisait la Reine. Cette dernière disait que si les autres ne lui confiaient rien du tout, alors qu'ils sont les pires raclures de ce monde, c'était pour une bonne raison et ils devaient sûrement parler de ça. Si seulement Jun avait eu le courage de taper sur la table pour lui dire qu'elle n'avait aucune preuve... A la place, il préféra ne rien dire, car si ses paroles se retournaient contre les autres, alors ce serait mieux pour tout le monde qu'il se taise, n'est-ce pas ?

La femme commença à lui dire qu'elle était comme une mère pour lui, car elle prenait autant soin de lui que de son fils... Mais n'avait-elle pas justement tué son fils et son mari ? Une mère ne pouvait pas être comme ça ! Les mères d'Aurhos étaient très attentionnées envers leurs enfants, les câlinent quand ça ne va pas, respectent leurs choix et ne les maltraitent pas au moindre faux pas. Mais une nouvelle fois, le garçon ne fit aucune remarque, il écouta le service qu'elle lui demandait. Apparemment, il devait devenir ses yeux et ses oreilles... Un espion qui doit surveiller le peuple et au moindre faux pas de leur part envers la Reine, il devait tout rapporter pour qu'elle les tue ? Ça ne lui donnait pas envie ; malheureusement, il n'avait pas le choix. Hochant positivement de la tête pour montrer que c'était d'accord pour lui, il se mit à la suivre lorsqu'elle le lui demanda. S'il remplissait bien sa mission, elle pourrait se montrer généreuse... Dans quel sens ? Peut-être qu'elle accepterait d'écouter une de ses demandes ? Il pourrait demander la libération de tous les esclaves, lui y compris ?! Non, c'était trop beau pour être vrai et ce n'était jamais bon pour le moral de se faire de faux espoirs... Pour lui, ce serait certainement compliqué, mais s'il y arrivait pour les autres sans qu'elle les tue, ce serait parfait !

« Oui... Je le ferai... »

Il s'inclina et suivit encore Gyokuen. Est-ce qu'il devait lui parler de ce mince espoir qu'il avait ? Si Jun le faisait, elle ferait tout l'inverse... Cette femme était tout sauf gentille. Finissant par s'arrêter, il baissa à nouveau sa tête et décida de poser une question qui lui brûlait les lèvres :

« Dites ma Reine... Qu'est-ce que réellement une mère ? Ou encore l'amitié ? Les enfants à l'extérieur ont ça et c'est important pour eux... Mais pour moi, c'est plus compliqué et pourtant, j'ai l'impression que ce n'est pas si important que ça... Je me demande même pourquoi je viens de vous poser cette question inutile... »

Une fois que le Tetsuya obtint la réponse à sa question, il recommença à suivre Gyokuen, silencieusement. Il n'était plus question de la déranger avec des questions sans le moindre intérêt et la patience de la Reine avait des limites. Un peu plus tard, les deux s'arrêtèrent, le garçon releva sa tête et reconnut directement la porte : il s'agissait de la salle de bains. Après un bon repas, il avait le droit d'être lavé ? C'était son jour de chance aujourd'hui... Ou plutôt, est-ce qu'il pouvait considérer ceci comme étant une chance ? Elle avait certainement une idée malsaine derrière la tête que le gamin ne pouvait pas comprendre à cause de son innocence.
electric bird.



Gain : 8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 45
Age : 26
Date d'inscription : 24/12/2015
Feat : Eileen Belserion/FT
Age en RP : 35 ans
Localisation : Là où sa folie l'emmène

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Imagination Control Everything : Un don très rare permettant à l'utilisateur de manipuler son imagination pour la rendre réelle. Très dur d'utilisation, ce don comporte, dans le cas d'Izalith, trois niveaux. Niveaux qui correspondent à son degré de lucidité. Plus le niveau est haut, plus Izalith est lucide et donc plus elle imagine des choses puissantes.
Points habilité : 3054
avatar
Leader
Izalith M. Akai
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Lun 25 Avr - 20:56





" Viens. N'ai pas peur mon garçon "




Les personnes ayant la charge de vêtir la reine s’affairaient autour d’elle comme des insectes. Elles étaient très rapides dans leurs exécutions de mouvements, ce qui semblait plaire grandement à l’impératrice démoniaque, et Gyokuen fut rapidement habillée par un long manteau saumon, d’une qualité si impressionnante que son prix devait pouvoir acheter un village ou permettre de nourrir ce même village pendant des années, allant parfaitement avec ses vêtements de soies. La noble dame claquait délicatement des doigts pour repousser les petits insectes avant de franchir la grande porte. Les gardes royaux s’inclinaient respectueusement tandis que la reine marchait prestement dans les longs couloirs couverts de tapis étouffants les bruits de pas émis par sa noble personne et son esclave.

Gyokuen l’écoutait d’ailleurs attentivement. Elle était passablement joyeuse qu’il accepte sa généreuse proposition et semblait prête à répondre à n’importe laquelle de ces questions, ce dont Jun ne se privait pas. Avec un très grand sourire et une voix mielleuse, elle lui expliquait l’objet de ces interrogations en s’arrêtant pour lui faire face.


- Une mère ? Hé bien, une mère est une personne qui accepte de commettre tous les sacrifices possibles afin que leur progéniture ne s’éloigne pas du droit chemin. Une mère se doit d’être aimante, mais aussi intraitable sur différents points. Quant à l’amitié, c’est une notion qui intéressante pour les personnes faibles Jun-kun.

Gyokuen lui adressait un nouveau sourire maternel avant de s’agenouiller doucement pour être à sa hauteur. Délicatement, elle lui caressait le crâne tout en plongeant son regard noir dans les yeux bleus de son esclave préféré.

- C’est normal que tu te poses ce genre de question à ton âge mon garçon et je me dois d’y répondre. J’ajouterais un point à tout cela, c’est que je suis ta maman désormais. Tu ne manques de rien avec moi pas vrai Jun ? Maintenant, s’il te plait, évite de me poser des questions de ce genre.

La sorcière se redressait pour reprendre sa route avant d’arriver devant l’une des deux dernières pièces qu’elle n’avait pas visitées et pénétrait dans la grande salle de bain entièrement couverte de faïence et de carrelages. Doucement, elle ordonnait à ce que l’on prépare un bain pour elle et son petit esclave qui était pris à part par des servantes. Alors que l’eau coulait et fumait joyeusement, Gyokuen se fit déshabiller par ce qui restait de ses gouvernantes et ordonnait à celles-ci de sortir.

La reine s’avançait vers la baignoire où se trouvait déjà Jun en souriant, son corps nu entièrement exposé devant ses jeunes yeux. Gyokuen pénétrait à l’intérieur de l’eau chaude et poussait un soupir de plaisir.


- Cela fait du bien de prendre un bon bain, pas vrai mon garçon ? Tiens, prends donc le savon et vient me frotter le dos.

L’impératrice se mouvait comme une sirène dans l’eau avant de coller son fessier entre les jambes du jeune garçon. Elle passait ses longs cheveux dénoués devant elle, pour lui laisser le champ libre dans son travail.

- Hé bien ? Que fais-tu Jun-kun ? Ne t’ai-je pas donné un ordre en te demandant de ne nettoyer le dos ?

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

Gain d'xp: 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146
Age : 24
Date d'inscription : 21/12/2015
Feat : Yato | Noragami
Age en RP : 22 ans - 01/06/2098

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Golden Pillars
Points habilité : 2434
avatar
Bras-droit
Jun Tetsuya
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Jeu 5 Mai - 16:06

Une visite improvisée
Gyokuen Ren


C'était pratique d'avoir un gosse en tant qu'esclave « le plus fidèle », on pouvait abuser de sa naïveté pour lui donner des missions plus ou moins malsaines en lui promettant de grandes récompenses. Jun ne connaissait pas encore le côté sombre et manipulateur de la Reine, mais ça finirait pas se faire. Après que ses servantes l'aient changée, elle sortit de la salle à manger pour se diriger vers la salle de bains et le jeune garçon la suivit silencieusement. Ce même silence fut brisé par le Tetsuya qui voulut poser une question qui lui brûlait les lèvres. Des fois, il lui arrivait de faire des sorties en ville et voyait tout le temps des enfants de son âge en compagnie de grandes dames comme Gyokuen. Ces dernières étaient très protectrices envers eux et se faisaient appeler mère ou maman... Pourquoi était-il le seul à ne pas en avoir ? Il avait de petits souvenirs de son père, mais rien sur sa mère ! La Ren devait en savoir plus que lui, ce fut pour cette raison qu'il lui demanda deux choses : qu'est-ce qu'une mère ? Et qu'est-ce que l'amitié ?

Bien vite, l'esclave regretta d'avoir posé ces questions, il allait certainement énerver la Reine qui prendrait ceci pour une perte de temps ! Finalement, elle se mit à sourire et répondit à ses questions le plus clairement possible, ce qui toucha Jun. Lui qui avait eu peur de prendre cher, il s'était trompé, ce n'était pas une mauvaise chose ! Cependant, le gamin pencha légèrement sa tête sur le côté lorsqu'elle se mit à dire du mal sur l'amitié... C'était vraiment si inutile ? Si elle le disait, c'est que ça devait être vrai ! Celle-ci finit par s'agenouiller et posa une main sur le sommet de sa tête, plongeant son regard dans celui de Jun. Elle ajouta que c'était elle sa maman désormais et lui demanda s'il ne manquait de rien avec elle. Le garçon n'aimait pas sa situation actuelle et tout ce qu'il a dû faire à cause de ses erreurs, mais il ne pouvait pas parler, c'était la seule chose dont il était sûr.

« Oui, je suis désolé... »

Doucement, il s'inclina une nouvelle fois pour montrer que ses excuses étaient sincères et recommença à marcher derrière la grande dame. Pendant cette courte marche, il ne pouvait pas s'empêcher de repenser au fait qu'il devait la considérer comme sa mère... C'était sûrement normal, c'était elle qui lui avait donné ce nom, car son père n'avait même pas daigné le faire ! Jun le détestait tellement qu'il ne perdait pas de son temps pour se demander ce qu'il devenait, celui-là ! De toute façon, la situation ne lui permettait pas, ils étaient enfin devant les portes de la salle de bains. La Ren les ouvrit pour qu'ils puissent entrer. Directement, des servantes prirent l'esclave à part pour expliquer certaines choses et pour le déshabiller. Premièrement, une fois dans le bain, il était dans l'obligation de regarder la Reine dans les yeux et pas autrement... Ça voulait dire quoi ça ? Il allait vraiment la voir nue ?! Mais si jamais ça allait l'énerver, ça irait mal pour lui... Voilà que la peur prit possession de lui. Deuxièmement, Gyokuen avait son propre matériel pour être lavée donc il n'était pas question que ça aille sur une autre personne. Dernièrement, ce n'était pas parce qu'il avait droit à ce traitement de faveur qu'il pouvait se permettre d'être familier envers l'Impératrice, il devait toujours être respectueux envers elle et lui obéir au doigt et à l'oeil.

Malgré le fait que les explications avaient pu paraître longues, Jun fut le premier nu dans le bain. Il avait posé tout ce qu'il fallait dans un coin et qui resterait à la portée de leurs mains. Peu de temps après, l'Invidia arriva et s'installa dans le bain en lui demandant de lui laver le dos. Hélas, les yeux bleus du futur rebelle avaient regardé ce qu'il ne fallait pas voir et il était choqué... La morphologie des femmes était réellement différente par rapport à celle des hommes... C'était quoi ces deux ballons ?! Sa bouche resta ouverte longtemps tandis que son visage devenait aussi rouge qu'une tomate, il était complètement gêné et ailleurs. Gyokuen dut répéter l'ordre pour que le Tetsuya se « réveille » d'un bond et dise :

« Ah oui ! Je m'en occupe ! »

Elle était trop près de lui, ce qui amplifia sa gêne et à cause de ça, ses mouvements perdaient en précision. Quand il tentait de prendre le savon de la Reine, il lui glissait des mains et tombait dans l'eau. Il plongea une main dans l'eau et chercha ce savon, mais sans le vouloir, il lui arrivait de toucher le corps de la dame, ce qui le gênait de plus en plus et lui faisait faire de nombreuses bêtises. Une fois que ce foutu savon fut entre ses mains, le jeune garçon s'excusa encore une fois et commença à laver le dos Gyokuen.

« Vous me le dites si je fais ça mal. »

Son but était de tout faire bien. Néanmoins, ça n'allait pas être simple, car ce nouveau moment silencieux le plongea dans ses pensées... Il savait que Gyokuen n'était pas sa mère, mais celle d'un autre enfant. Du coup, il se posa plusieurs questions : comment était sa mère en réalité ? Etait-elle belle ou moche ? Pourquoi n'était-elle pas avec lui et son père ? Ou encore, était-elle toujours en vie ? Si oui, qu'est-ce qu'elle faisait en ce moment ? Peut-être que ces questions n'auraient jamais de réponses, c'était fort dommage.
electric bird.



Gain d'xp : 10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 45
Age : 26
Date d'inscription : 24/12/2015
Feat : Eileen Belserion/FT
Age en RP : 35 ans
Localisation : Là où sa folie l'emmène

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Imagination Control Everything : Un don très rare permettant à l'utilisateur de manipuler son imagination pour la rendre réelle. Très dur d'utilisation, ce don comporte, dans le cas d'Izalith, trois niveaux. Niveaux qui correspondent à son degré de lucidité. Plus le niveau est haut, plus Izalith est lucide et donc plus elle imagine des choses puissantes.
Points habilité : 3054
avatar
Leader
Izalith M. Akai
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Lun 30 Mai - 15:38





Veux-tu connaitre ta mère ?




La sorcière noire se callait bien entre les fines jambes du garçon et souriait. Son fessier collé à la toute jeune virilité n’était pas sans intentions et Gyokuen s’amusait de la situation lorsque son jeune esclave laissait libre cours à ses pulsions masculines, bien qu’il ne lui sautait pas dessus. D’humeur joueuse, la reine laissait échapper quelques soupirs de conforts quand Jun baladait ses mains un peu partout et surtout là où il ne fallait pas, son jardin secret en personne. Cela fit sourire la reine qui, mine de rien, appréciait grandement les caresses maladroites de son esclave.

Délicatement, elle tournait la nuque vers lui en souriant comme pour l’encourager à continuer son œuvre, mais le petit garçon préférait simplement lui laver le dos comme elle le lui avait ordonné. Dommage. Sans doute était-il encore un peu jeune pour franchir le pas et s’accoupler avec elle, mais il finirait bien par le faire. De gré ou de force. Tendrement, elle rassura le jeune garçon qui lui lavait le dos avant de s’éloigner légèrement et de se tourner, lui offrant ainsi une sublime vu sur son corps mature, mais parfais pour son âge.


- Je te remercie mon garçon. Tourne-toi à ton tour. Il n’y a pas de raisons pour que je ne te rende pas la pareil Jun.

Elle le collait contre sa poitrine et commençait à le savonner doucement. Ses mains étaient très douces et Gyokuen profitait de chaque instant afin d’apprendre la forme de sa musculature naissante. Fatalement, la reine prit en main ce qui fait de Jun un homme et commençait à jouer avec, tout en souriant et en murmurant à son oreille d’une voix féline.

- Il faut que tu sois propre ici aussi mon petit. Mais ne t’en fais pas, tout va bien se passer. Tu sais mon garçon, je t’apprécie beaucoup et j’ai envie de t’offrir le plus beau des cadeaux.

Cela pourrait paraitre suspect quand elle disait ça, sachant qu’elle tenait son sexe dans sa main, mais il n’y avait point de perversion dans le cadeau qu’elle comptait lui offrir. Au contraire. Tout en jouant avec l’instrument de Jun, l’impératrice continuait de lui murmurer des choses dans le creux de son oreille.

- Tu m’as dit vouloir connaitre ce qu’était une maman. Je pense que, comme tout enfant, tu as le droit d’en avoir une. Je vais donc mobiliser une partie de mes ressources pour retrouver ta maman. C’est le moins que je puisse faire. Après tout, tu m’as toujours été très fidèle pas vrai Jun ? Ta loyauté envers moi est sans faille, je le sais.

Elle enlevait sa main délicate de l’eau avant de prendre une serviette et souriait en essuyant le fluide corporel, provenant de Jun, qui décorait sa main. La reine sortait de son bain et prit une magnifique robe de chambre en soie qu’elle se passait sur les épaules avant de sourire.

- Je te dois bien ça mon garçon. J’espère que ce cadeau te fera plaisir. Mais en attendant, si nous allions dormir ? Je me sens très seule en ce moment, tu accepterais de dormir dans le lit de l’impératrice juste pour cette nuit ?

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E

Gain d'xp: 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 146
Age : 24
Date d'inscription : 21/12/2015
Feat : Yato | Noragami
Age en RP : 22 ans - 01/06/2098

Feuille de personnage
Pouvoir/arme: Golden Pillars
Points habilité : 2434
avatar
Bras-droit
Jun Tetsuya
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Jeu 9 Juin - 18:30

Une visite improvisée
Gyokuen Ren


Ce qui se déroulait dans les bains de la Reine était tout simplement gênant pour Jun. Sans vraiment le vouloir, il avait regardé le corps de Gyokuen et en resta bouche bée... C'était très différent de lui, logique, mais il avait un peu de mal à détourner son regard. Curiosité malsaine ? Ou peut-être en profitait-il tant qu'elle était de bonne humeur ? N'importe quoi, ce n'est qu'un gamin de 11 ans qui voit un corps féminin pour la première fois. La grande dame s'installa contre lui comme si de rien n'était et lui ordonna de lui laver le dos. A cause de ses pensées, le Tetsuya n'avait pas fait attention à cet ordre et fit un bond lorsqu'il l'entendit une seconde fois.

Mettant sa main dans le gant de la Ren, il prit le savon qui lui glissa des mains. Ses gestes perdaient énormément en précision à cause de toute cette gêne. Le jeune garçon perdit de nombreuses minutes à essayer d'attraper ce savon et parfois, il lui arrivait de toucher le corps de l'Invidia. On ne pouvait pas faire plus maladroit que ça, mais la peur prenait petit à petit possession de l'esclave... Il allait sûrement la mettre en colère s'il continuait de perdre du temps inutilement. Par chance, ce ne fut pas le cas et il put commencer à lui laver délicatement le dos une fois que le savon fut attrapé.

Pendant que Jun était occupé à laver le dos de la femme, sa tête fut ailleurs. Il se posait de nombreuses questions à propos de sa mère, même si Gyokuen lui avait dit que ce n'était pas nécessaire d'en avoir une puisqu'il l'avait. Il savait que ce n'était pas sa vraie mère et posséder ce genre de pensées était plus fort que lui. Au bout d'un moment, le gamin sentit que la Reine se poussa légèrement et se tourna vers lui, lui montrant la partie avant de son corps donc la plus gênante. Directement, Jun ferma ses yeux et essaya de s'excuser d'avoir vu ce qu'il ne devait pas voir. Cependant, la gêne l'empêcha d'articuler le moindre mot et la femme commença à parler. Elle souhaitait le laver pour lui rendre la pareille ? Un sourire gêné étira ses lèvres tandis qu'il commençait à avoir un mauvais pressentiment.

« Euh... Mais... V-vous n'êtes pas obligée... »

Malheureusement, ce fut trop tard. La dame le colla à elle et le savonna. Pour le moment, ça se passa bien et Jun n'osait pas parler... Il ne voulait pas qu'elle prenne le moindre de ses mots comme une opposition à ce qu'elle faisait. Mais cette gêne ne voulait pas disparaître, malgré qu'elle soit différente de la première. Il n'aimait pas ce traitement de faveur et savait que ça se retournerait contre lui tôt ou tard. Les autres n'étaient pas sourds et les rumeurs avaient cette tendance à s'étendre rapidement.

Voilà que le Tetsuya sursauta lorsque la sorcière s'empara de quelque chose d'important pour lui. Son regard fut baissé au niveau de son entre-jambe, comme s'il voulait être sûr qu'il ne rêvait pas. Les mains de la Reine commencèrent à titiller cet endroit sensible et un premier gémissement s'échappa de la bouche de Jun. Heureusement que ses mains n'étaient pas ligotées ou coincées quelque part, il pouvait les plaquer à sa bouche pour contenir ces petits cris. L'Impératrice lui chuchota à l'oreille qu'elle comptait mobiliser une partie de ses ressources pour retrouver sa mère... Etait-elle sérieuse ? Pourquoi était-elle aussi aimable avec lui alors qu'il n'était pas si fidèle que ça ? Il ne pensait même pas au fait que c'était étrange, sa situation ne le permettait pas. Le plaisir monta en flèche, son corps était brûlant comme l'eau du bain au début et chaque chuchotement de la Reine le faisait frissonner. Ses yeux la fixèrent pour la supplier d'arrêter alors qu'une certaine partie en demandait plus. Que de contradictions.

Ce qui devait arriver, arriva : son plaisir fut prouvé sous la forme d'un fluide qui avait décidé de décorer la main de l'Invidia. A la fin, celle-ci sortit du bain alors que Jun se laissa tomber en arrière. Sa respiration fut difficile à reprendre et il devait maîtriser son excitation. Ça ne l'empêcha pas d'entendre la proposition de Gyokuen de dormir avec elle pour le remercier jusqu'au bout et pour ne plus se sentir seule. Il ne pouvait pas dire non au vu de sa position et sortit du bain dès qu'il se sentait plus calme. Récupérant ses affaires, Jun s'habilla et se mit à côté d'elle pour lui faire comprendre qu'il était d'accord avec elle et qu'il était prêt à la suivre jusqu'à la chambre. D'ailleurs, si jamais elle ne s'y retrouvait pas, il pouvait toujours la guider, même s'il se doutait qu'elle n'en aurait pas besoin.

Les deux purent se déplacer jusqu'à la chambre de Gyokuen. Comme d'habitude, le garçon ne disait pas grand-chose et se contentait de suivre sa maîtresse pour ne pas paraître présomptueux. Il ne faisait pas attention au peu de personnes qu'ils croisèrent sur leur petit trajet. De toute façon, il se doutait qu'il prendrait cher une fois que sa protection ne serait plus là et tout ça à cause de la jalousie. Arrivé au niveau de la grande porte de la chambre, le Tetsuya avala sa propre salive et s'inquiéta pour lui... Que ferait-il si ça se passait comme aux bains ? Il ne pourrait pas faire grand-chose au vu de sa position... Intérieurement, il croisa les doigts pour que cette nuit soit normale.
electric bird.



Gain d'xp : 9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 102
Age : 105
Date d'inscription : 21/12/2015
Feat : Ton pire cauchemar
Localisation : Sous ton lit
avatar
Grand manitou
Maitre du Jeu
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   Dim 23 Oct - 22:28

Suite à un changement de personnage, cet RP est abandonné !

Jun gagne 15 points bonus.

________________




Ne pas envoyer de MP à ce compte. En cas de problème/question, contactez un autre membre du staff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colored-dust.forumactif.org

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren   

Revenir en haut Aller en bas
 
Flash-Back : Une visite improvisée | Gyokuen Ren
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» [Flash-back] Such a lonely day, the most loneliest day of my life [Anya ♥]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Colored Dust :: Cimetière :: Archives :: RP terminés-
Sauter vers: